Un partenariat innovant a été signé le 23 novembre entre Enedis, le Groupe BRL et Actia Telecom. Il s’agit d’expérimenter un dispositif innovant de régulation de consommation en électricité verte de deux stations de pompage du réseau régional hydraulique.

 

BRL, opérateur technique et concessionnaire du réseau hydraulique pour la Région Occitanie, vient de rejoindre le projet Smart Occitania en signant, le 23 novembre, un protocole de coopération avec Enedis et la branche télécom Actia Telecom du groupe toulousain Actia*, afin d’expérimenter un dispositif innovant.

Soutenu par la Région Occitanie et par l’Ademe, le projet Smart Occitania a été lancé par Enedis en mars 2017 (8 M€, 5 M€ supportés par Enedis dont 1/4 par l’Ademe) : ce démonstrateur de réseau électrique intelligent a vocation à tester des solutions numériques pour optimiser la distribution d’électricité et faciliter l’intégration des énergies renouvelables adaptés aux zones rurales. Il s’appuie sur l’infrastructure de réseau de distribution électrique enrichie d’une infrastructure télécom innovante.

Ajuster la consommation

Le dispositif innovant expérimenté par BRL, Enedis et Actia Telecom (900 000€ d’investissement, dont 1/4 soutenu par l’Ademe) vise à « faciliter l’intégration des énergies nouvelles renouvelables sur le réseau électrique, grâce à une régulation de la consommation des stations de pompage du réseau hydraulique régional concédé à BRL par la Région Occitanie ».

Deux stations du réseau régional hydraulique, une dans le Gard à L’Amarine et l’autre dans l’Hérault à Gaujac, seront dotées de boîtiers communicants conçus par Actia afin de permettre un dialogue entre le réseau d’électricité géré par Enedis et le réseau d’eau brute géré par BRL et sa filiale BRL Exploitation.

Dans l’objectif de rendre le réseau plus vertueux, Enedis pourra ainsi ajuster la consommation en électricité de ces stations de pompage pilotes en fonction de la disponibilité de l’électricité issue de la production renouvelable, ou, en cas de pic de consommation électrique et donc de forts besoins, opérer de micro-coupures sur les stations pour libérer de l’électricité

Utiliser les ouvrages de stockage

« Pour intégrer plus d’énergies renouvelables, nous allons expérimenter des solutions de stockage non électriques, explique Jean-Pierre Dumont, directeur aménagement et patrimoine chez BRL. Un site de pompage est un ensemble qui permet d’élever l’eau d’un point A à un point B pour avoir de la pression. A travers un site de pompage, nous avons plusieurs ouvrages de stockage que nous utilisons pour arrêter temporairement les pompages et ainsi, à la demande d’Enedis, permettre l’arrêt de la consommation d’énergie électrique sur des périodes courtes. Nous mettons en place avec Enedis un système d’échange continu d’informations afin d’anticiper conjointement les besoins liés à l’intermittence de la consommation sur le réseau. »

Pour BRL le coût du projet est évalué à 50 000€ pour une année d’expérimentation. Les deux stations serviront de pilote en vue de valider la méthode avant de la généraliser sur d’autres sites alimentés par Enedis.

*Le Groupe Actia, dont le siège est à Toulouse, est spécialisé dans la conception, la fabrication et l’exploitation d’une électronique au service de la gestion des systèmes dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, du ferroviaire, des réseaux de télécommunications ou de l’énergie.

 

Cécile CHAIGNEAU